Pour nous trouver :

Association pour la Défense et le Développement Touristique de la Vallée du Cher et des Territoires Limitrophes
MAIRIE D’ATHEE-SUR-CHER

9, Chemin des Dames

37270 ATHEE-SUR-CHER

 

Courriel : Secrétariat

31/07/2017 : RÉSOLUTION du Sénat visant à agir avec pragmatisme et discernement dans la gestion de l’eau.

 

03/07/2017 : Poissons migrateurs : Le problème, c'est la pollution.

 

21/06/2017 : La LEMA, un scandale d'état : démonstration en quelques diapositives

 

23/05/2017 : Pourquoi tant de polluants chimiques dans nos eaux et comment s’en débarrasser.

 

23/05/2017 : MàJ : Assemblée générale de notre association le 03/04/2017 à Sainte-Thorette. Le compte-rendu est en ligne.

 

10/04/2017 : Lettre ouverte aux candidats à l'élection présidentielle

 

10/04/2017 : Remarques sur le rapport du SAGE Cher aval

 

03/04/2017 : Assemblée générale de notre association le 03/04/2017 à Sainte-Thorette.

 

08/03/2017 : Notre rencontre avec les ADT 37 & 41 du 15 février 2017.

 

16/01/2017 : Recensement des offres de navigation sur le Cher et le canal de Berry, mise à jour janvier 2017.

 

09/12/2016 : Recensement des voies douces, mise à jour novembre 2016.

 

28/11/2016 : Plus que la langue de bois, un mensonge d'Etat !

 

28/11/2016 : L'amendement de la LEMA est-il sur orbite ?

 

16/11/2016 : Montluçon : les berges du Cher vont changer de visage d'ici 2020

 

22/10/2016 : Pierre-Maurice LELIEVRE, ardent défenseur des voies d’eau, s’est éteint.

 

02/08/2016 : Adoption du SAGE Cher aval

 

24/07/2016 : Jour de Cher

 

22/07/2016 : Commission sénatoriale sur la prospective : Gestion de l'eau : agir avec pragmatisme et discernement

 

30/06/2016 : Demande d'AOT sur le Cher canalisé

 

28/06/2016 : Inauguration de la stèle Charles Antoine François POIREE sur le Canal du Nivernais.

 

15/06/2016 : Assemblée Générale de l'association, les comptes-rendus et documents présentés !

 

12/06/2016 : Commission sénatoriale sur la prospective : EAU, l'état d'urgence est déclaré !

 

07/05/2016 : La vallée du Cher reste leur préoccupation !

 

05/05/2016 : Notre Association prend conscience des nombreux impacts négatifs de la LEMA basée sur le principe de continuité.

 

05/05/2016 : Analyse de la LEMA, impacts positifs/impacts négatifs en 2010, en 2015.

 

05/05/2016 : màj : Un nouveau bateau sur le Cher canalisé.

 

07/03/2016 : La continuité des cours d’eau : la géniale arnaque de l’agrochimie.

 

27/02/2016 : Pollution chimique dans l'eau potable et les cours d'eau.

 

31/01/2016 : Sénat : Les questions au gouvernement ; mise à jour.

 

27/01/2016 : A.N. : Les questions au gouvernement ; mise à jour.

 

22/01/2016 : Lisez notre contribution au : "Projet de loi pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages".

 

08/12/2015 : Rencontres de l’eau en Loire-Bretagne et commentaires

 

31/10/2015 : Compte-rendu de l'assemblée générale de l'association du 03/10/2015.

 

16/10/2015 : Projet de développement du tourisme vert en vallée du Cher

 

04/10/2015 : Crevettes au labo

 

22/09/2015 : Tout savoir sur l'Alimentation en Eau Potable (AEP)

 

07/09/2015 : Les questions au gouvernement ; mise à jour.

 

30/08/2015 : Cher en Fête à Chisseaux, article de la NRCO du 30/08/2015.

 

11/08/2015 : Cher en fête édition 2015

 

31/07/2015 : Le barrage de Nitray réparé

 

27/07/2015 : Les pêcheurs s'attaquent au fléau de la jussie

 

20/07/2015 : Le barrage de Vallet est réparé

 

12/07/2015 : Bléré, le paysage retrouvé !

 

08/07/2015 : Bléré : les travaux sont presque terminés.

 

07/07/2015 : 115 aiguilles au barrage de Nitray

 

27/06/2015 : La LEMA : Loi sur l'eau 100% contre-productive : Lettre à trois ministres !

 

27/06/2015 : Nous respirons des pesticides, nous buvons des pesticides, nous mangeons ...

 

16/06/2015 : Perturbateurs endocriniens et malformations chez les bébés garçons

 

04/06/2015 : La LEMA : Loi sur l'eau 100% contre-productive

 

25/05/2015 : Les conditions de référence de la directive cadre européenne sur l’eau face à la dynamique des hydrosystèmes et des usages.

 

24/05/2015 : Barrage de Bigny : l'Etat en passe d'obtenir gain de cause ?

 

13/05/2015 : Renseignements sur les crues de la Loire et de ses grands affluents - ouvrage à télécharger

 

13/05/2015 : Inondations en Indre-et-Loire 1846-

1856 - ouvrage à télécharger

 

11/05/2015 : « Écologie punitive » : le retour ?

 

11/05/2015 : Utilisation pratique et complète d'une chute d'eau pour tous les services d'une exploitation minière ; Cliquez sur l'image pour télécharger l'étude complète. - ouvrage à télécharger

 

02/05/2015 : Les associations partageant nos valeurs et nos combats; aujourd'hui l'HYDRAUXOIS .

 

25/04/2015 : Montluçon : Aménagement des deux rives du Cher inscrit au prochain contrat AUVERGNE + 3ème génération !

 

13/04/2015 : Lettre ouverte au président du Comité National de l'Eau.

 

07/04/2015 : Consultation publique SDAGE Loire-Bretagne 2016-2021; les remarques de l'association.

 

07/04/2015 : Les questions au gouvernement

 

10-02-2015 : Les rives du Cher sont un espace naturel, sauvage. Pourtant, les sources historiques ont laissé du port de Vierzon une vision d’intense négoce. Article paru le 02/02/2015 dans le Berry Républicain.

 

13-01-2015 : Trois ans de diagnostic, hypothèses et débats auront été nécessaires pour rédiger l’ordonnance qui doit rendre aux eaux du Cher aval leur bonne santé. (article paru le 02/02/2015 dans le Berry Républicain).

 

05-01-2015 : Des voeux et des promesses... on aimerait tellement y croire !

 

05-01-2015 : L'écologie à laquelle j'adhère !

 

01-12-2014 : GEMAPI, la petite nouvelle !

 

09-08-2014 : Barrage aux barrages  : Ne manquez pas l'article paru dans la "La Nouvelle République du Centre-Ouest".

 

09-08-2014 : Cher en fête 2014

 

28-07-2014 : La LEMA, loi inique : Les députés Jean-Pierre VIGIER et Maurice LEROY se font le porte-parole de la pétition auprès du gouvernement. Lire le compte-rendu des questions écrites au gouvernement.

 

13-06-2014 : Le monde associatif est entendu par la presse régionale.

 

07-06-2014 : La LEMA, loi inique : Le sénateur du Cher, Rémy POINTEREAU se fait le porte-parole de la pétition auprès du gouvernement. Lire le compte-rendu des questions orales au gouvernement.

 

18-03-2014 : Pétition pour l'amendement de la LEMA (Loi sur l'Eau et les Milieux Aquatiques)

 

02-03-2014 : Réunion du comité des acteurs de la Vallée du Cher! Ne manquez pas le diaporama projeté lors de la réunion!



29-01-2014 : Continuité écologique : Pierre Lestoquoy contre-attaque !



29-01-2014 : Les projets 2014 : La rénovation des barrages sur le Cher, la régulation du débit, la conciliation entre les activités de loisirs et la préservation du milieu naturel…

 

15-01-2014 : Barrage de Vallagon : Hommage rendu par la "Nouvelle République" pour les travaux réalisés par le "Syndicat du Cher canalisé" (maitre d'ouvrage et d'oeuvre) et de nombreux bénévoles issus du monde associatif, des élus et des entreprises locales ; nous nous associons bien volontiers à cet hommage.



04-12-2013 : Mise à jour : La table ronde sur l'eau s'est tenue à Vierzon; ne manquez pas le résumé et les diaporamas de chaque intervenant disponibles sur ce site, ainsi que le compte-rendu des débats.



31-10-2013 : L'assemblée générale de l'Association a eu lieu le 26-10-2013



17-10-2013 : Le Cher Histoire et archéologie d'un cours d'eau : Revue archéologique du Centre de la France, Supplément N° 43 : Le Cher : Histoire et archéologie d'un cours d'eau de Virginie Serna (Broché - 1 juillet 2013).



11-10-2013 : La table ronde sur l'eau s'est tenue à Vierzon; ne manquez pas le résumé et les diaporamas de chaque intervenant disponibles sur ce site.



08-10-2013 : Le Cher en fête : le compte-rendu et les discours.



03-10-2013 : Barrages : les travaux sur le Cher continuent malgré la pluie: Ne manquez pas la vidéo tournée par la "La Nouvelle République du Centre-Ouest".



25-09-2013 : Barrages : les travaux sur le Cher ont commencé : Ne manquez pas  les articles et le diaporama parus dans "La Nouvelle République du Centre-Ouest".



25-09-2013 : Moulins et sarcophages dormaient dans le lit du Cher à Bruère-Allichamps: Ne manquez pas l"article paru dans "L'Echo du Berry"



12-09-2013 : PLAGEPOMI : Le président de notre association répond à la consultation lancée par la DREAL Pays de Loire.



04-05-2013 : Canal de Berry et Cher canalisé : Plaidoyer pour le développement d'un tourisme vert.



01-05-2013 : Cher canalisé : comment concilier économie et écologie : Ne manquez pas  l'article paru dans "La Nouvelle République du Centre-Ouest" le 30 avril 2013



25-03-2013 : Dans le cadre de la consultation publique sur l'eau organisée par l'Agence de l'eau Loire-Bretagne, l'Association vient d'envoyer une lettre ouverte au Président du Comité de bassin.

 

28-02-2013 : Le barrage du Boutet sur le Cher : C'est sûr, il ne sera pas détruit... Voir les photos du barrage et de l'atelier d'énergie dans la galerie photos

 

26-02-2013 : Cher canalisé ou sauvage : le courant du compromis : Les premiers commentaires !

 

12-02-2013 : Cher canalisé ou sauvage : le courant du compromis : Ne manquez pas  l'article paru dans "La Nouvelle République du Centre-Ouest" le 5 février 2013. A voir également, le résumé des débats paru sur le site des organisateurs, l'APIC41 où le débat reste ouvert; n'hésitez pas à déposer vos commentaires.

 

16-01-2013 : Bilan 2012  : Ne manquez pas notre flash info N° 1, de janvier 2013, qui retrace nos actions durant l'année 2012.

 

26-12-2010 : Le Cher baisse, la colère monte ! ; ne manquez pas l'article paru dans "La Montagne" le 26 octobre 2012.

 



 20-10-2012 : Ressources en eau : le manque d’eau de plus en plus fréquent, devient le problème majeur vis-à-vis de la qualité biologique de l’eau, de la ressource halieutique et des usages...

 

19-10-2012 : Les barrages à aiguilles du Cher canalisé n'ont pas résisté à la brusque montée des eaux ! ne manquez pas l'article paru dans "La Nouvelle République du Centre-Ouest" le 19 octobre 2012.

 

04-10-2012 : Bigny-Vallenay : Un peu plus d'une douzaine de pieux sont apparents et semblent implantés comme des palées de 3 pieux pour certains. Au milieu de cet ensemble apparaissent des morceaux de grès travaillés et brisés.

 

22-09-2012 : Bigny-Vallenay : Les archéologues fluviaux découvrent les restes d'anciens sarcophages dans le lit du Cher sauvage à Vallenay (18) ; ne manquez pas l'article paru dans l'hebdomadaire "L'Echo du Berry" le 20 septembre 2012.

 

Communiqué de presse :

La Préfecture et le Conseil Général d'Indre-et-Loire s'engagent ensemble pour l'avenir du Cher canalisé!

Projet global : Les Conseils généraux d'Indre-et-Loire et du Loir-et-Cher se sont entendus pour financer une étude globale ....

 

 

Devenir membre

Vous voulez devenir membre ? C'est très simple : utilisez notre formulaire de contact pour obtenir davantage d'informations ou téléchargez notre formulaire d'inscription. Nous vous attendons avec impatience !

Qualité des eaux !

Découvrez ci-dessous nos dernières actualités au sujet de notre lutte contre les dangers de l'utilisation des produits phytosanitaires, lutte qui s'intensifie... Il est urgent que cette problématique de pollution de l'air, de l'eau (de surface et souterraine) et de la terre devienne la priorité absolue de nos instances dirigeantes... Non, les industries chimiques qui contribuent à notre empoisonnement quotidien, ne peuvent pas continuer ainsi à oeuvrer sournoisement et impunément à la destruction des espèces vivantes et de l'environnement ! Aujourd'hui, nous respirons des pesticides, nous buvons des pesticides, nous mangeons des pesticides ! Il est grand temps que cela cesse !

"Pour être un membre irréprochable parmi une communauté de moutons, il faut avant toute chose être soi-même un mouton." - Albert Einstein / 1879-1955 / Comment je vois le monde / 1934 -

Poissons migrateurs : " Le problème, c'est la pollution "

LA DISPARITION DES POISSONS MIGRATEURS DANS LE BASSIN DE LA LOIRE, par Jean-Pierre PESTIE

La Loire est emblématique, à plus d’un titre, des fleuves et rivières de France. Le Val de Loire, est inscrit au Patrimoine Mondial de L’UNESCO et bénéficie du plan Loire Grandeur Nature pour la protection de son environnement. Non seulement la vallée du fleuve offre des paysages somptueux mais elle abrite un patrimoine exceptionnel témoignant de l’histoire de France ainsi que des terroirs viticoles de grande réputation. La Loire est également considérée comme le dernier fleuve sauvage d’Europe. De ce fait, dans l’imagination populaire, le terme sauvage représente un fleuve naturel dont la morphologie et à qualité de ses eaux ne sont pas altérées par des activités humaines.

Dans le passé, la Loire et ses affluents faisaient le bonheur des pêcheurs amateurs et professionnels tant les eaux abritaient une ressource halieutique abondante qu’il s’agisse des espèces sédentaires ou des espèces migratrices. Depuis une cinquantaine d’années, cette ressource régressait prouvant ainsi une détérioration du milieu aquatique. La loi française sur l’eau et les milieux aquatiques (la LEMA promulguée en 2006) était censée favoriser la restauration des milieux aquatiques et l’accroissement des populations migratrices. Au terme de dix ans d’application de cette loi, quelle est l’évolution de ces espèces migratrices dans ce bassin emblématique de la Loire ? ...

A lire dans le document joint, l'argumentaire complet du président de l'association JP. Pestie

LA DISPARITION DES POISSONS MIGRATEURS DANS LE BASSIN DE LA LOIRE
Disparition des poissons migrateurs en L[...]
Document Adobe Acrobat [661.8 KB]

Poissons migrateurs, le problème c'est la pollution

Jean-Pierre Pestie, président de l'association de défense du Cher : « Il faut améliorer la qualité physique de l'eau. » Cliquez sur l'image pour retrouver l'article en ligne sur le site de la Nouvelle République.

Article paru le 21/06/2017, dans la Nouvelle République

Pour l’association de défense du Cher, il faut chercher la principale cause de la disparition des poissons migrateurs dans la mauvaise qualité de l’eau.

Le 9 mai dernier, nous évoquions dans nos colonnes la situation des poissons migrateurs dans la Loire et ses affluents, au travers des relevés et des explications d'Aurore Baisez, directrice de l'association Loire Grands Migrateurs (Logrami).

Un article qui n'a pas manqué de faire réagir l'association pour la défense et le développement touristique de la vallée du Cher. Si elle est en accord sur le constat, elle apporte d'autres explications sur la situation compliquée des espèces migratrices…
Dans le viseur de l'association, « la loi française sur l'eau et les milieux aquatiques, la Lema, promulguée en décembre 2006 », confirme son président Jean-Pierre Pestie : « Elle retient comme principe fondamental pour restaurer la qualité des eaux la continuité écologique des cours d'eau, c'est-à-dire la libre circulation des poissons et des sédiments. La continuité des cours d'eau s'oppose à tous les obstacles transversaux comme les seuils et les barrages, nombreux en France. A défaut de pouvoir détruire tous les grands barrages électriques, les autres obstacles doivent être aménagés ou araser. » Mais pour Jean-Pierre Pestie, cette loi « ne s'attaque pas au vrai problème. Il faut cesser d'accuser les barrages de tous les maux. Comme les scientifiques le pensent, la cause dominante de la régression de la ressource halieutique dans son ensemble est la contamination chimique des eaux. La toxicité des polluants chimiques dans les eaux de surface conduit à accroître la mortalité des poissons et à " féminiser " des individus, impactant ainsi leur capacité de reproduction. » L'association avance même une hypothèse : « S'agissant des poissons migrateurs encore en vie, capables, pour certains, de faire des milliers de kilomètres en se repérant à leur seul odorat, ne seraient-ils pas amenés à détecter la pollution de l'eau et à déserter des cours d'eau dont la toxicité chimique ne cesse de croître ? »
Dans une période électorale riche, aux résultats inédits, l'association veut alerter les nouveaux députés pour améliorer la situation. « S'agissant de la Loire, il y a beaucoup de réticence à admettre le fort niveau de contamination de son eau… »

S.M.

 

 

La LEMA, un scandale d'état : démonstration en quelques diapositives

La LEMA, un scandale d'Etat
Appuyez sur une touche du clavier pour faire progresser le diaporama à votre rythme
SCANDALE LEMA.ppsx
Présentation Microsoft Power Point [378.1 KB]

«Pourquoi tant de polluants chimiques dans nos eaux et comment s’en débarrasser ?»

 

 

Nos invités du jour, les chercheurs Hélène Budzinski et Jérôme Labanowski, s'interrogeront autour de la question suivante :

«Pourquoi tant de polluants chimiques dans nos eaux et comment s’en débarrasser ?»

EMISSION EN PARTENARIAT AVEC LE MUSEE DES ARTS ET METIERS ET LE CNRS, A L'OCCASION DE LA CONFERENCE QUI SE TIENT CE JOUR AU MUSEE DES ARTS ET METIERS A 18H30.

Peut-on détecter des pollutions dans l’eau de consommation courante, en particulier des molécules issues de médicaments ou de cosmétiques, qui pourraient avoir des conséquence sur la santé, mais aussi sur l’environnement ? Ces polluants émergeants peuvent avoir des effets étonnants, comme la féminisation de la faune constatée dans certains cours d’eau.

Les résidus détectés sont en faible quantité, mais pour les éliminer complètement, par exemple dans une station de traitement des eaux usées, il faudrait introduire des mécanismes complexes et coûteux, comme pour fabriquer l’eau « ultra-pure » utilisée dans l’industrie ou les laboratoires. Est-ce possible, souhaitable ? Quelles solutions nous apporte la recherche aujourd’hui ?

Avec :

- Hélène Budzinski, directeur de recherche, Environnements et Paléoenvironnements Océaniques et Continentaux, laboratoire de physico- et toxico-chimie de l'environnement (CNRS/EPHE/université de Bordeaux)
- Jérôme Labanowski, chargé de recherche, Institut de Chimie des Milieux et Matériaux de Poitiers IC2MP (CNRS/université de Poitiers), École Nationale Supérieure d'Ingénieurs de Poitiers.

http://www.rfi.fr/emission/20160324-pourquoi-tant-medicaments-nos-eaux-comment-s-debarrasser-emission-partenariat-le-m

et voici le film de la conférence :

http://www.arts-et-metiers.net/musee/pollution-des-eaux-comment-eliminer-les-medicaments

 

L'amendement de la LEMA est-il sur orbite ?

La LEMA vient d’être malmenée sans retenue par quatre scientifiques réputés, invités à la table ronde organisée à l’Assemblée Nationale sur l’usage et la gestion équilibrée des cours d’eau. Ils dénoncent une application dogmatique et sans effets de la continuité écologique et accusent les Agences de l’eau de ne pas s’attaquer à la cause fondamentale de la mauvaise qualité de l’eau : les pollutions diffuses d’origine agricole.

Plus que la langue de bois, un mensonge d'Etat !

Mr Cyril PELLEVAT, Sénateur, a posé à Mme la ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes, une question (répertoriée n° 18631) concernant les impacts néfastes des perturbateurs endocriniens (PE) sur la santé. Il s’inquiétait des malformations génitales croissantes des bébés et de l’explosion des pubertés précoces chez les filles, notamment en Languedoc-Roussillon. Dans sa réponse, Mme la Ministre, Marisol Touraine, répond que les PE sont des substances chimiques d’origine naturelle ou chimique susceptibles d’interférer avec le fonctionnement du système endocrinien. Elle cite les mesures en préparation pour la protection des enfants, l’une sur la « diminution de la limite de migration du bisphénol A dans les jouets et l’autre sur la réduction du niveau maximal toléré du phtalate dans les tubulures. Qu’il s’agisse de la question et de la réponse, cumulant près de 650 mots, ni le mot pesticide, ni même le mot phytosanitaire plus consensuel, ne sont évoqués.

Comment le Sénateur et la Ministre peuvent-ils ignorer que les 110 000 tonnes de pesticides déversées en France, avec une densité à l’hectare quatre à six plus élevée dans les régions viticoles, n’ont aucun rapport avec les impacts négatifs dénoncés ? Sont-ils victimes du lobbying de l’agrochimie qui clame que les pesticides ne sont ni cancérigènes ni perturbateurs endocriniens ou sont-ils persuadés que les pesticides sont des produits naturels inoffensifs puisqu’ils sont maintenant présents partout dans la nature ?

Trêve d’ironie qui prête à sourire mais qui sied mal aux PE devenant un enjeu de santé publique et menaçant notre descendance. Les pesticides, pour la plupart PE, ingurgités par l’alimentation ou respirés se fixent dans les graisses des êtres humains. Lors de leur grossesse, les femmes transmettent à l’embryon une partie des molécules toxiques emmagasinées. Bien évidemment, les organismes en formation, comme les fœtus et les jeunes enfants, sont les plus vulnérables et les risques encourus sont encore plus élevés dans les régions dominées par la viticulture.

Quand notre gouvernement et nos parlementaires auront-ils le courage de dénoncer les méfaits des pesticides au lieu de nous prendre pour des imbéciles ? Craignent-ils le monde agricole déjà si accablé par la conjugaison d’une crise économique et des conditions climatiques devenues exécrables et imprévisibles? Sont-ils incapables d’aider ce monde agricole en plein désarroi à acquérir des pratiques plus respectueuses de la santé et de l’environnement ?

Pour suivre la table ronde, veuillez cliquer sur l'image ! « "… [à propos de la CE] Que voilà une approche bien mono-disciplinaire. Je n'ai rien contre l'écologie - science des êtres vivants entre eux et avec leurs milieux - à condition qu'on considère que les humains sont aussi des êtres vivants !"

Quand notre gouvernement mettra-t-il en pratique le principe de précaution, inscrit dans la Constitution en 2005 : « Lorsque la réalisation d'un dommage, bien qu'incertaine en l'état des connaissances scientifiques, pourrait affecter de manière grave et irréversible l'environnement, les autorités publiques veilleront, par application du principe de précaution, et dans leurs domaines d'attribution, à la mise en œuvre de procédures d'évaluation des risques et à l'adoption de mesures provisoires et proportionnées afin de parer à la réalisation du dommage. » ?

Quand mettra-t-il tout en œuvre pour endiguer la pratique d’épandage généralisé de produits toxiques qui contaminent à la fois l’environnement, la nourriture et la population ?

Quand notre gouvernement admettra-il que les enjeux liés à la santé publique ne sont pas moins importants que les enjeux économiques liés à l’agrochimie? Ne perçoit-il pas le danger à rester inactif devant la création d’un monstre capitalistique tel que celui né du mariage de Bayer et Monsanto, une alliance contre nature pour la maitrise d’une mondialisation de l’horreur ; une multinationale assurée de réaliser de colossaux profits par la vente simultanée de produits toxiques qui provoquent des maladies et des produits médicamenteux pour les soigner ; une multinationale à deux visages: l’un effrayant par la pratique d’une pollution de haute toxicité à l’échelle planétaire et l’autre rassurant d’une ONG procurant son aide aux populations affectées.

Que l’Etat ne ferme pas pudiquement les yeux ! L’attitude des 3 singes, « Ne rien voir, Ne rien entendre, Ne rien dire » n’a jamais dédouané personne de ses responsabilités !

Encore moins quand il s’agit de santé publique.

Jean-Pierre PESTIE, président de « l’Association pour la Défense et le Développement de la Vallée du Cher et des Territoires Limitrophes »

Jacques ROMAIN, Conseiller de l’Association, chargé de la veille scientifique, technologique, juridique  et parlementaire.

La continuité des cours d’eau : la géniale arnaque de l’agrochimie.

 

Et si le principe de continuité des cours d’eau tant décrié par les usagers n’était qu’une arnaque de génie fomentée par l’agrochimie afin de mieux masquer l’usage des pesticides en France et en Europe et permettre de développer leur production et leur utilisation ?

1) La genèse de l’arnaque.

Pour développer le marché des pesticides, les firmes de l’agrochimie ont mis en place une organisation de lobbying intensif qui oeuvre dans tous les domaines du pouvoir politique. A titre d’exemple le lobbying s’exerce à tous les niveaux des instances européennes (Conseil, Commission et Parlement). En France, il s’exerce sur les ministères de l’Agriculture et de l’Ecologie et sur le Parlement. L’agrochimie, aux moyens financiers considérables, s’est attachée de nombreux chercheurs experts en toxicologie dans ses labos en leur offrant des salaires hors du commun. Ces chercheurs, attirés par l’argent facile et probablement d’excellentes conditions de travail, analysent toutes les études mondiales d’épidémiologie qui démontrent la causalité des pesticides dans les cancers et les maladies neurodégénératives. Ils sont chargés d’en découvrir les petites failles qui permettent sinon de discréditer les études du moins de jeter un doute sur leurs résultats (1).

Nul doute qu’un génie de ces firmes a suggéré que la qualité des eaux de surface dépendait essentiellement de la continuité des cours d’eau et qu’il suffisait d’araser leurs obstacles transversaux pour supprimer les facteurs d’altération des eaux.

 

Lire la suite de l'étude dans le document joint

L'arnaque géniale de l'Agrochimie.pdf
Document Adobe Acrobat [456.3 KB]

Caractérisation et mesures de la pollution chimique dans l’eau potable et les cours d’eau.

Les pollutions poursuivent irréversiblement leur parcours et viennent altérer la ressource pourtant si précieuse !

La pollution chimique résulte de nombreux intrants toxiques qui parviennent dans les rivières et les nappes souterraines, par ruissellement et infiltration des eaux de pluie. Il s’agit des pesticides, des engrais, PCB, métaux lourds, résidus d’hydrocarbures. D’autres produits chimiques comme les résidus médicamenteux atteignent les rivières dans les eaux de rejets des stations d’épuration. Certains contaminants restent en suspension dans l’eau tandis que d’autres, les PCB et les métaux lourds, se fixent dans les sédiments. Les plus dangereux pour la santé humaine et la faune aquatique sont les produits chimiques de synthèse à savoir les pesticides et les résidus médicamenteux par leur suspension dans l’eau et la persistance de leur toxicité. De nombreux pesticides sont cancérigènes ou perturbateurs endocriniens. Plusieurs résidus médicamenteux sont également des perturbateurs endocriniens. Même en très faible teneur dans l’eau, ces produits sont dangereux soit par effet d’accumulation dans l’organisme soit par effet cocktail (combinaison de plusieurs molécules différentes).

Lire la suite dans le document ci-joint

Mesure de la pollution chimique.pdf
Document Adobe Acrobat [376.2 KB]

Crevettes au labo

Voir la vidéo de l'IRSTEA

A Villeurbanne, les chercheurs de l'Institut national de recherche en science et technologie pour l'environnement (Irstea) ont élu la crevette, sentinelle de l'environnement aquatique ! Mettant à profit la sensibilité de ces crustacés aux contaminants que sont les métaux lourds, pesticides, hydrocarburants et perturbateurs endocriniens, ils les élèvent selon un processus très contrôlé pour ensuite les confronter aux milieux naturels. Après avoir fait breveter leur dispositif, une startup le commercialise. Déjà 180 sites en France ont utilisé les services de ces petites crevettes pour vérifier la bonne santé de nos rivières.

Un reportage de la série Des idées plein la tech'.

A l'occasion de la Nuit des chercheurs, le 25 septembre

La LEMA, loi sur l’eau 100% contre-productive : lettre aux ministres !

Jean-Pierre PESTIE, Président de l’Association pour la défense et le développement touristique de la Vallée du Cher et territoires limitrophes

A

Madame Ségolène ROYAL, Ministre de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Economie

Madame Marisol TOURAINE, Ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes

Monsieur Stéphane LE FOLL, Ministre de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt

Objet : Pollution des eaux par les pesticides.

L’Association que je préside s’est impliquée depuis plusieurs années dans l’analyse des causes d’altération des eaux superficielles et souterraines du territoire national. Aujourd’hui, nous avons acquis la certitude que la pollution chimique de l’eau engendrée par les pesticides constitue un risque sanitaire pour la population et un risque de disparition de la biodiversité des milieux aquatiques. Nous sommes convaincus que la réduction d’usage des pesticides exige des actions concertées de vos trois ministères.

La France est championne d’Europe dans la consommation des pesticides. Elle se classe au 3ième rang mondial derrière les Etats-Unis et l’Inde mais sa consommation à l’hectare est proche du double de celle des Etats-Unis (4,4kg/h contre 2,5kg/h). A noter que la consommation en France est encore plus importante avec la prise en compte des semences importées enrobées de pesticides. Quant à la faible consommation des Etats-Unis, elle résulte de l’usage massif de semences OGM. Malgré le plan Ecophyto en vigueur depuis le Grenelle de l’environnement, la consommation des pesticides en France a encore progressé ces dix ...

Lire la suite du courrier dans le document en pièce jointe

Lettre à trois Ministres.pdf
Document Adobe Acrobat [509.7 KB]
NRCO du 18 avril 2015 Lire aussi : Manger devient-il poison ?

 Nous respirons des pesticides, nous buvons des pesticides, nous mangeons des pesticides !

Les thuriféraires du dogme de la continuité écologique des cours d’eau continuent à faire des ravages et à vouloir dépenser à tout prix l’argent public mis à leur disposition par les agences de bassin, et notamment l’agence de l’eau Loire-Bretagne (AELB) [pour le rétablissement de la continuité écologique des cours d'eau]. C’est d’autant plus incompréhensible que la Cour des Comptes a dénoncé cette gabegie en janvier dernier.

Tout cet argent, ponctionné notamment sur le dos des consommateurs d’eau potable, serait tellement mieux utilisé si l’AELB  acceptait enfin de traiter en priorité absolue les graves problèmes de pollution des eaux de surface et souterraine.

Aujourd’hui nous respirons des pesticides, nous buvons des pesticides, nous mangeons des pesticides ; tout cela pour le plus grand profit de la toute puissante industrie chimique, dont MONSANTO en est l’un des plus « beaux » fleurons, en est le vaisseau amiral. Et les pesticides sont reconnus pour être de puissants perturbateurs endocriniens par toute la communauté scientifique !

Les experts de l’Onu ne font pas dans le détail. Dans un rapport conjoint de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et du Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) publié le 19 février 2013, ils désignent les perturbateurs endocriniens comme « une menace mondiale pour la santé humaine et l’environnement ». Ils rajoutent : « Plusieurs centaines d’études scientifiques établissent un lien entre ces substances chimiques et la recrudescence de certaines maladies ou troubles, notamment l’altération de la fertilité masculine. » ainsi que la puberté précoce [NDR].

Le Professeur Charles Sultan, endocrinologue au CHU de Montpellier affirme que : « l’utilisation des pesticides obère complètement l’avenir de l’humanité » !

Souvenons-nous du fameux dentifrice aux rayures rouges, à l' hexachlorophène, dont le slogan publicitaire était en 1961 « Un dentifrice extraordinaire ! Bip ; Ses rayures rouges protègent la santé des dents. Le progrès est là sous vos yeux… » Ben, et la santé des nouveaux nés ? La marque, que tout le monde reconnaitra et dont je refuse de citer le nom, continue toujours à faire des profits, mais les nourrissons de l’époque sont aujourd’hui des quinquagénaires avec des moignons en guise de membres !

Un jour, que j’espère proche, le scandale des pesticides éclatera, et il sera beaucoup plus violent que les scandales du sang contaminé et de l’amiante réunis, car il touchera le monde entier…

Nul ne pourra prétendre : «  Je ne savais pas » !

Jacques ROMAIN

MONSANTO : SOS entreprise mortelle : L’entreprise assassine
Nairobi/New York, 25 octobre 2007 : Le Programme des Nations Unies pour l'environnement indique que les menaces les plus graves pour la planète, notamment le changement climatique, le taux d'extinc... Publicité datant de 1961